L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Financez l’activité physique pour vos patients en ALD via le dispositif V@S-i

Alexandra Picard
- 17 avril 2019

L’assureur la MAIF en partenariat avec la mutuelle V@S-i a mis en place un dispositif de financement pour la prise en charge du sport sur ordonnance au bénéfice des patients souffrant d’une affection longue durée. Tous les kinésithérapeutes intéressés par cette activité peuvent y souscrire.

Les masseurs-kinésithérapeutes ont une place à prendre dans la dispensation des activités physiques adaptées pour leurs patients en ALD. Pour épauler les kinésithérapeutes et leur donner les moyens d’être un acteur essentiel dans la prise en charge de ces patients, la start-up V@S-i, qui développe des solutions innovantes en APA pour tous, a imaginé un financement spécifique. "Ce dispositif a été conçu comme un programme passerelle, visant à aider les patients à renouer avec l’activité physique. En tant que kinésithérapeutes, nous pouvons les remettre en mouvement via différents types d’activités physiques adaptées. L’objectif étant que ; une fois notre prise en charge terminée, ils se responsabilisent et continuent à avoir une activité", argumente Rémy Rivier, secrétaire délégué en charge de l'activité non remboursée à la FFMKR.

Un financement à hauteur de 500€
Pour cela, V@S-i permet aux kinésithérapeutes intéressés de disposer d’un financement à hauteur de 500 € maximum pour une durée de 2 ans maximum. Le montant intègre les tests pré- et post-consultation médicale et le programme d’activité physique à proprement parler. Celui-ci peut prendre la forme de cours individuels ou de cours collectifs. À titre d’exemple, le kinésithérapeute peut choisir d'assurer 12 séances sur 12 semaines pour un montant de 400 € par patient ou proposer des cours collectifs (400 € par an et par patient). "Cette activité peut permettre de compléter son activité de cabinet", explique Rémy Rivier, qui espère voir de nombreux confrères adhérer à ce dispositif.

Un échange gagnant-gagnant pour le patient et le kinésithérapeute
"Pour y souscrire, les kinésithérapeutes doivent se référencer sur le site www.v@S-i.fr . Ils pourront choisir de réaliser uniquement des bilans, ou de proposer uniquement des cours d’activités physiques ou les 2. Le bilan, par exemple, peut être rémunéré à hauteur de 30 €. Il doit être réalisé et au début de la prise en charge, à 3 mois, puis à 6 mois pour évaluer les progrès du patient", détaille Rémy Rivier. "En termes de compétences, le kinésithérapeute doit disposer de notions en cardiologies, sur le travail en endurance", ajoute-t-il.

Le patient, une fois cette prise en charge terminée, pourra selon ses souhaits continuer son activité physique dans une salle de sport, rejoindre une fédération d'activité physique classique, ou poursuivre avec son kinésithérapeute. "Dans ce cadre, le paiement de cette activité sera à sa charge", précise Rémy Rivier. Un modèle de financement qui, s'il fonctionne, pourrait inspirer d’autres assureurs.

© andresr/Istock/Getty Images Plus

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

La région Grand Est se lance dans le sport santé

Alexandra Picard - 3 octobre 2018

La région Grand Est va bientôt lancer "Prescri'mouv", un grand plan d’activités physiques et sportives à des fins de santé destiné aux patients chroniques. Précisions sur ses objectifs et la...

Philippe Burtin, un convaincu du sport santé

Sophie Magadoux 12 janvier 2018

Chez Philippe Burtin, installé à Bayonne, l'activité physique s'étend de l'activité santé au sport de haut niveau. Pour ses patients chroniques, il a mis en place un accompagnement sur mesure.