L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Paymed : une solution "pour la mise en place d’un tiers payant choisi, simple et sécurisé" lancée par les libéraux

Alexandra Picard
- 25 juin 2019

Paymed est une solution de dispense d’avance de frais et de gestion de vos honoraires, conçue et pilotée avec et pour les professionnels de santé libéraux. Pour en faire bénéficier ses adhérents à un tarif préférentiel, la FFMKR a signé un partenariat avec Paymed. Explications sur les bénéfices que vous pouvez tirer de ce nouvel outil.

Pour rappel, le tiers payant, qui devait être obligatoire, a été transformé en un dispositif facultatif par l’actuelle ministre de la santé, Agnès Buzyn, invoquant des freins techniques contraignant l’extension. Aujourd’hui, un nombre important de masseurs-kinésithérapeutes pratiquent le tiers-payant en raison de la simplicité que constitue la délégation de paiement pour les patients. "Mais l’évolution législative relative au droit de résiliation sans frais des contrats de complémentaire santé aura des conséquences qui vont impacter les conditions de facturation des masseurs-kinésithérapeutes", explique la FFMKR.

Les avantages de Paymed
Dans ce contexte, pour répondre aux exigences du tiers payant, "la FFMKR  a décidé avec d’autres syndicats (FNI, SDB, FSPF, SML) de créer un système simple et sécurisé d’encaissement : Paymed. En unissant nos forces, nous pouvons peser tant sur les organismes complémentaires que sur les éditeurs de logiciels métiers", explique la FFMKR dans un communiqué.

De fait, cet outil de dispense d’avance de frais et de gestion des honoraires offre de nombreux avantages aux libéraux de santé :

- Il garantit l’indépendance et la liberté du professionnel dans la gestion quotidienne de sa trésorerie et l’encaissement des honoraires.

- Il facilite le travail administratif. Il permet de garder le contrôle sur sa gestion. Dans la pratique, c’est l’utilisateur qui décide s’il applique le tiers payant partiel ou intégral.

- Il sécurise aussi sa trésorerie en bénéficiant du rapprochement bancaire grâce au partenariat avec Santeffi, filiale du Crédit-Agricole, avec un flux unique de paiement.

- Il permet de gagner du temps : Paymed suit le paiement des honoraires à l’aide d’un tableau de bord simplifié. Il suffit d’un clic pour savoir où vous en êtes et ce que vous avez à faire.

Paymed a reçu un agrément OCT. Il est membre de l’association des OCT, organismes concentrateurs techniques (Adoct) réunissant les entreprises françaises qui gèrent plus de 70 % des flux de télétransmission des feuilles de soins électroniques.

"Ajoutons qu'il s’agit d’un conventionnement collectif, ce qui permet d’imposer des conditions", précise la FFMKR : "Les clauses de la convention ne sont pas modifiables sans l’accord des professions de santé ; il assure une garantie de paiement ; un engagement du délai de paiement et la possibilité de le contrôler ; un engagement demain de contrôle des droits validés par la profession."

Un prix préférentiel pour les adhérents de la FFMKR
Une solution qui revêt de multiples intérêts, pour Daniel Paguessorhaye, président de la FFMKR, qui a décidé de signer ce partenariat pour faire bénéficier ses adhérents des services Paymed. "Cette offre globale forfaitisée est sans engagement, sans frais de dossier, compatible et complémentaire avec les logiciels du marché. Cela coûte 36 € TTC/mois pour les auxiliaires médicaux (à titre de comparaison, c'est 60 € TTC/mois pour les médecins). Mais surtout, les syndicats partenaires se sont entendus au sujet d’un avantage économique pour leurs adhérents. Nous avons acté la mise en place d’une remise de 30 % pour la première année de contrat, avec un système de code à usage unique. Nous mettrons en place ce système pour le déploiement à la rentrée, et proposons pour la phase de test (lire plus loin) le même niveau de remise, sans la mécanique du code promo".

Ce partenariat "permet aux professionnels qui font du tiers payant avec l’assurance maladie obligatoire et complémentaire (AMO et AMC) de ne pas se retrouver seuls face aux mutuelles. Aujourd’hui, les kinésithérapeutes sont obligés de signer des conventions individuelles, ce qui signifie que si un problème survient, le kinésithérapeute doit se débrouiller seul. Nombre de professionnels pensent aujourd’hui que leur logiciel métier les informe de tout. Erreur ! Les logiciels métiers n’intègrent que les annonces de paiements, et n’informent pas du paiement réel", développe la FFMKR.

"Paymed joue le rôle d’interface avec l'assurance maladie et les mutuelles", explique Daniel Paguessorhaye. Autre intérêt, pour le président de la Fédération : "voir la charge de travail administratif se réduire". Il explique : "Jusqu’à présent, un kinésithérapeute qui pratique le tiers payant avec l’AMC ou l’AMO est obligé de vérifier chaque remboursement pour s’assurer que les montants correspondent bien à ceux qu’il a envoyés. Un travail d’autant plus difficile à mener que les tarifs pratiqués par les kinésithérapeutes diffèrent selon les soins pratiqués aux patients. Le pointage est donc laborieux et se traduit souvent par une perte d’argent. Pour y remédier, Paymed assure le regroupement de tous les remboursements et vérifie pour le professionnel que tout a été viré, au centime près." Une interface intéressante à plus d’un titre puisqu’elle permet aussi d’être remboursé rapidement : "Aujourd’hui, si l’assurance maladie obligatoire rembourse relativement rapidement (en 3-4 jours ouvrés), pour les assurances complémentaires, les délais vont de 3 jours à 3 semaines. Paymed apporte une réponse adaptée puisqu’elle assure un paiement à J+3 ou J+5 grâce à un système d’avance, rendu possible grâce au partenariat établit avec une filiale du Crédit Agricole", argumente Daniel Paguessorhaye.

Bientôt déployé dans toute la France
Paymed va entrer dans une phase de test grâce à un partenariat avec 7 caisses régionales du Crédit Agricole. "Les objectifs sont d’évaluer la promesse de valeur, le parcours client, les profils d’appétences clients et la communication. Chaque professionnel peut conserver son compte en banque dans n’importe quel établissement bancaire", précise la FFMKR. Les départements concernés par cette phase pilote sont les suivants : Allier, Bouches-du-Rhône, Calvados, Cantal, Corrèze, Creuse, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Nord, Orne, Pas-de-Calais, Puy-de-Dôme, Rhône, Vaucluse. "Nous lancerons très vite des communications ciblées en direction de ces départements. Nous transmettrons notamment aux syndicats concernés par cette phase pilote un courrier à adresser à leurs adhérents."

Le déploiement généralisé de Paymed devrait s’opérer au cours du 4e trimestre 2019. "Nous demandons aux syndicats départementaux non concernés par la phase de test de commencer déjà à sensibiliser leurs adhérents à cette problématique du tiers payant et à ce nouvel outil que nous proposons", a déclaré la FFMKR.

© D.R.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Une "opération vaccination" pour l'exemple

Sophie Conrard - 8 janvier 2021

Une quinzaine de professionnels de santé, dont des présidents de syndicats (FFMKR, CSMF, SML, CNSD, FNI...) se sont fait vacciner mercredi. Pour donner l'exemple à leurs confrères, mais aussi aux...

Les négociations de l'avenant 7 dans l'impasse

Sophie Conrard - 16 décembre 2020

La deuxième séance de négociation sur l'avenant 7 à la convention des masseurs-kinésithérapeutes s'est terminée hier en queue de poisson : les 2 syndicats représentatifs ont...