L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Soutien aux soignants : l'association SPS se mobilise

Sophie Conrard et Jean-Pierre Gruest
- 25 mars 2020

Parce qu’il est urgent d’aider et de soutenir les soignants, l’association SPS (Soins aux Professionnels en Santé), reconnue d’intérêt général, met à leur disposition son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique.

Ce dispositif, qui a déjà fait ses preuves, est accessible par le Numéro Vert 0 805 23 23 36 (gratuit, 24h/24 et 7j/7) ou par le biais de l'application mobile « Asso SPS ». Il permet d'accéder aux 100 psychologues du réseau Pros-Consulte, et aux 1000 psychologues, médecins généralistes et psychiatres qui composent le réseau national du risque psychosocial déployé par l'association.

« Actuellement, tous les personnels soignants sont mobilisés dans la gestion de l’épidémie liée au Covid-19. Ils sont en première ligne, tant pour détecter le virus que pour soigner les personnes malades. Toute la population compte sur eux pour protéger sa santé et réaliser les soins qui s’imposent. En retour, il est primordial de soutenir et écouter ces professionnels sur-sollicités et en proie à l’inquiétude, de les accompagner pour qu’ils puissent mener à bien leur mission et travailler dans de bonnes conditions », explique l'association, qui cite une déclaration du gouvernement le 14 mars dernier : « Nous devons aider, soutenir tous nos soignants, tous ceux qui contribuent aux soins, à l’hôpital comme en ville et en établissement. Tout sera mis en œuvre pour qu’ils puissent exercer leur métier. »

Ce dispositif est soutenu par la Cnam et les ARS, entre autres. Opérationnel depuis fin 2016, ce réseau a été récemment « renforcé en multipliant par 2 le nombre de psychologues sur la plateforme. Ils sont désormais 120 à se relayer jour et nuit. Nous sommes capables d'accueillir 2000 appels par jour, si nécessaire », détaille Catherine Cornibert, docteur en pharmacie et responsable de la communication et des actions de l'association SPS. À ce stade, la plateforme reçoit « seulement » une vingtaine d'appels par jour.

L'association prévoit de « géolocaliser » sa campagne de communication en fonction du pic d'épidémie. Aujourd'hui, elle est plutôt orientée sur le Grand-Est. Ce sera bientôt le tour de l'Ile-de-France.

Moodwork met à disposition sa plateforme d’accompagnement psychologique

Agriculteurs, pêcheurs, routiers, caissières, salariés de l’agro-alimentaire, professionnels de santé et bien d’autres encore continuent à prendre des risques pour aller travailler chaque jour, malgré la pandémie de Covid-19, parce qu'ils ne peuvent pas télétravailler. Une exposition qui, au-delà de la fatigue, se traduit souvent par un stress important à l’idée de contracter le virus. D’où l’importance d’accompagner psychologiquement ces personnes, pour les aider dans cette période compliquée.

Ces derniers jours, de nombreux témoignages dans les médias ont montré la détresse de personnes qui sont fidèles à leur poste, face au risque d’être contaminées par une personne (client ou collègue) porteuse du coronavirus. Moodwork, une société spécialisée dans l’accompagnement des salariés des entreprises dans leur démarche de bien-être au travail, a décidé de mettre sa plateforme d’accompagnement psychologique à disposition de "tous ceux qui prennent des risques pour les aider à traverser cette crise exceptionnelle".

"Nous invitons les hôpitaux, casernes, Ehpad et toutes les organisations qui prennent des risques pour les Français à nous contacter afin que leurs personnels qui le souhaitent puissent bénéficier d’un accompagnement gratuit", ont annoncé dans un communiqué les responsables de l’entreprise qui, début mars, avait publié sur son blog un article sur les bonnes pratiques à respecter en entreprise lors d’une épidémie. "Nous avons décidé de proposer aux organisations, aux établissements de santé, aux Ehpad qui nous contactent d’ouvrir des comptes pour que leur personnel puisse accéder à notre plateforme. Pour éviter d’être submergés par les demandes personnelles, nous préférons laisser les directions de ces établissements, les DRH mais aussi les directions syndicales nous contacter. Nos contenus sont assez généralistes mais nous avons décidé d’adapter nos services à tout le secteur hospitalier", explique Léopold Denis, l’un des cofondateurs de la plateforme.

Des psychologues à disposition de 9h à 18h
L’offre s’adresse en premier lieu aux soignants qui sont en première ligne et qui, grâce à cette application Internet et mobile, bénéficieront d’un accompagnement complet. On y trouve notamment des outils d’autodiagnostic pour évaluer son bien-être et son niveau d’épuisement, à savoir un questionnaire permettant de s’auto-évaluer en 10-15 minutes et permettant de se poser les bonnes questions. Si le risque d’épuisement professionnel est élevé, différentes ressources sont mises à disposition. Un panel de conseils personnalisés pour accompagner au quotidien est également proposé, avec 150 fiches conseils sur les relations sociales, pour gérer ses émotions et le stress, notamment en situation de crise.

Des conférences en ligne vont également être proposées, notamment sur comment s’organiser et maintenir une communication efficace au travail malgré l’épidémie, comment apprendre à gérer son stress dans ces situations exceptionnelles ou encore comment prévenir le burn-out parental en télétravail ! Un suivi psychologique en temps réel est également proposé par des professionnels, par chat, téléphone ou visioconférence. "D’habitude nous nous appuyons sur une dizaine de psychologues pour réaliser ce suivi, mais nous allons faire appel à une dizaine de psychologues supplémentaires pour répondre à la demande", précise Léopold Denis, qui précise qu’un live chat sera ouvert de 9h à 18h pour pouvoir échanger avec ces psychologues.

(avec APM News)

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

COVID-19 :
La parole aux kinés vaccinés

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1593 - 16/09/2021

Depuis plusieurs mois, le débat s'envenime entre ceux qui se sont fait vacciner spontanément contre le Covid-19 et ceux qui s'opposent à l'obligation vaccinale, voire au vaccin lui-même. Aujourd'hui, la plupart des...