L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

La Carsat Hauts-de-France lance un appel à projets pour mieux repérer la fragilité chez les seniors

©RealPeopleGroup

Jean-Pierre Gruest
- 28 août 2020

En 2050, on estime que la France comptera plus de 70 millions d'habitants, dont 32 auront plus de 65 ans. Parmi ces derniers, plus de 2 millions seront en situation de dépendance. Une situation qui peut être évitée à condition de dépister précocement les signes de fragilité chez la personne âgée. C'est pourquoi, dans le cadre de sa politique en faveur du bien vieillir, la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) des Hauts-de-France a lancé le 23 juillet un appel à projets inédit, dont l'objectif est de soutenir les acteurs de la recherche et de la santé afin de repérer et accompagner au plus tôt les seniors pré-fragiles et fragiles. Et ainsi restaurer ou préserver leur capital santé et prévenir la perte d'autonomie. Une problématique dans laquelle les kinésithérapeutes ont toute leur place.

Dans son document de cadrage, la Carsat Hauts-de-France explique que si l'augmentation de la longévité se traduit dans 50 % des cas par un vieillissement "robuste", elle peut aussi donner lieu à un vieillissement "fragile", voire avec dépendance et/ou polypathologies pour 10 % des seniors. Environ 40 % de la population présente au moins un signe de pré-fragilité à partir de 50 ans, en raison de nombreux facteurs parmi lesquels le tabac, l'alcool, la malnutrition, la sédentarité, des dysfonctions affective cognitive ou sensorielle, ou encore un environnement mal adapté. "Toutefois, de nombreuses études ont démontré que la fragilité est un état réversible s'il est dépisté précocement. De nombreux outils existent pour cela, mais aucun n'a obtenu de consensus", explique la Carsat, dont la politique d'action sociale vise à prévenir la perte d'autonomie et à favoriser le bien vieillir des personnes retraitées socialement fragilisées autonomes.

Forte de de sa connaissance du public retraité et d'une ambition novatrice, qui se traduira par la création d'un groupement d'intérêt économique (GIE) pour optimiser sa politique de prévention de la perte d'autonomie, la Carsat a lancé cet appel à projets, qui constitue la première pierre de cette stratégie.

Baptisé "Prévenir et repérer la fragilité chez les seniors de Hauts-de-France", il s'articule autour de 3 axes : recherche/étude ayant pour objectif de mieux cerner les facteurs de risque de fragilité des retraités de la région ; recherche/expérimentation ayant pour objectif la prédiction et le repérage de la pré-fragilité et fragilité des retraités ; expérimentation et labellisation de parcours de prévention pour les seniors qui s'appuie sur un diagnostic médical ayant identifié des risques de fragilité et en collaboration avec des acteurs médicaux et paramédicaux. Il devra permettre de "développer les connaissances des facteurs de risques, de la prédiction et du ciblage de la (pré)fragilité des seniors, mieux organiser le repérage/dépistage des premiers signes de fragilité en amont de la perte d'autonomie, développer des actions de prévention innovantes et ayant pour objectif de prévenir et restaurer le capital forme des seniors en situation de (pré)fragilité, et mobiliser les acteurs régionaux autour des questions du vieillissement".

Date limite de candidature : 10 octobre 2020

Cet appel à projets s'adresse aux "structures œuvrant dans le domaine de la recherche/prévention des risques liés au vieillissement et/ou dans le domaine sanitaire et social et agissant en Hauts de France de tous statuts juridiques confondus (structure publique ou privée, à caractère commercial ou non", indique la Carsat, qui précise que "la qualification des personnels mobilisés sera significativement prise en compte". Le document de cadrage précise les critères d'éligibilité des recherches/expérimentations et des parcours de prévention qui devront, entre autres, être à visée opérationnelle, être terminés avant septembre 20200 et cibler en priorité des retraités fragilisés sans perte d'autonomie pour les actes essentiels de la vie courante ou ayant besoin d'une aide ponctuelle éventuelle pour la toilette, la préparation du repas et le ménage.

Tout projet présentant un avis favorable bénéficiera d'une subvention, versée en 2 fois. Cette aide ne concernera que les dépenses liées au projet (pas celles d'investissement ou de formation des professionnels) et pourra représenter, dans la limite de l'enveloppe disponible, entre 25 % et 100 % du coût du projet (hors FCTVA et dotations aux amortissements) s'il n'a pas débuté, et entre 25 % et 50 % s'il est déjà en cours. Cet engagement financier fera l'objet d'une convention entre la Carsat et le demandeur "afin de garantir les meilleures conditions de réalisation du projet, une bonne utilisation des crédits et fournir les éléments de contrôle nécessaires".

Le dossier de candidature devra être adressé par mail à actions.collectives@carsat-nordpicardie.fr avant la date limite de réception fixée au 10 octobre 2020. Tout dossier incomplet (pièces manquantes, manque d'informations…) ou arrivée après cette date butoir ne sera pas instruit.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Développement du Télétravail :
Coachez vos patients

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1567 - 04/06/2020

Masseur-kinésithérapeute, Christophe Geoffroy exerce auprès de sportifs de haut niveau (en particulier l'équipe de France de foot masculine) mais surtout en entreprise, où il propose des actions de...