L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Alex Orosemane : "Les propositions de la FFMKR sont des axes d’amélioration des difficultés du kinésithérapeute"

Sophie Conrard
- 1 mars 2021

En février et mars, en amont des élections aux URPS qui se dérouleront début avril [1], nous vous proposons une série d'interviews pour découvrir les candidats proposés par la FFMKR. Aujourd'hui, Alex Orosemane, tête de liste pour la Martinique.

Kiné actualité : Pouvez-vous vous présenter et nous dire pourquoi vous êtes candidat ?

Alex Orosemane : Je suis kinésithérapeute libéral depuis 25 ans à la Martinique. Au fil de ma carrière, j'ai été président du syndicat FFMKR 972, conseiller ordinal régional pour la zone Antilles Guyane, membre CDPI

Je suis actuellement président de notre URPS, conseiller fédéral à la FFMKR, conseiller départemental de l'Ordre et l'un des membres fondateurs de la CPTS Madinina.

Aujourd'hui, je suis candidat à une nouvelle mandature, entouré d'une équipe dynamique, expérimentée et solidaire, afin de poursuivre les dossiers entamés, de mener à bien un certain nombre de projets comme la création de la Maison de la kinésithérapie, qui nous permettra par exemple d'accueillir des formations et de centraliser les démarches d'inscriptions pour ceux qui s'installent en Martinique et pour les usagers.

Selon vous, quel rôle doit jouer une URPS ?
L'URPS-MK doit répondre à ses différentes missions, inscrites au décret n°2010-585 du 2 juin 2010. Elle est avant tout un acteur essentiel dans le schéma de soins régional. Elle travaille en lien étroit avec l'ARS et d'autres organismes territoriaux, en contribuant à l'organisation de l'offre de santé régionale.

Par exemple, avec la CPTS Madinina, qui est pionnière depuis sa création en 2017 et rassemble des professionnels de santé libéraux soucieux d’améliorer la coordination des soins et l’organisation de la prise en charge en Martinique. Pendant la crise sanitaire, nous avons mis en place un partenariat entre l'hôpital et les kinésithérapeutes de ville, nous avons assuré la distribution d’EPI, créé l'application "Entr'actes" pour faciliter les échanges entre professionnels. Récemment, nous avons lancé un appel à projets "Lab e-santé" à destination des start-ups et porteurs de projets pour dynamiser l’innovation en santé numérique dans le territoire martiniquais. Nous souhaitons par ailleurs développer les formations professionnelles et l'informations aux usagers.

Quelles sont les problématiques spécifiques à votre région ? Et quelles sont les propositions de la FFMKR pour y répondre ?
Les problématiques spécifiques de notre région tiennent essentiellement de notre insularité. D'abord, le turn over y est important, et nous assistons à une hausse exponentielle du nombre de kinésithérapeutes qui s'y installent. Malgré cela, nous avons des difficultés à assurer la continuité des soins pour une partie de la population fragile (personnes âgées, malades chroniques).

Dans ce contexte, notre objectif est de porter la voix des kinésithérapeutes et défendre les intérêts de la profession. Les propositions de la FFMKR sont des axes d’amélioration des difficultés du kinésithérapeute et permettront un socle adaptatif à chacun des territoires. Il faudra par exemple revaloriser l'indemnité de déplacement, mieux rémunérer les actions de coordination réalisées par les kinésithérapeutes, et permettre à ces derniers d'être des intervenants privilégiés en sport santé et prévention.

Il n'est plus question que nous restions sur le banc de touche : nous devons être intégrés dans la boucle en amont, pour la préparation et l'anticipation de futures crises sanitaires.

Il faudra aussi mener une enquête territoriale objective pour évaluer les besoins de soins de la population et concevoir un zonage adapté.

[1] Retrouvez toutes les infos sur le calendrier des élections, le programme de la FFMKR et les candidats sur www.urps2021.ffmkr.org

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Loi santé au travail : un résultat mi-figue mi-raisin

Jean-Pierre Gruest - 28 septembre 2021

La loi visant à "renforcer la prévention en santé au travail" a été publiée au "Journal officiel" le 3 août. Un texte moins favorable aux kinésithérapeutes que dans sa version...