L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Patrick Saut :
«Une équipe solidaire et dynamique engagée aux côtés des kinés»

Sophie Conrard
Kiné actualité n° 1583 - 11/03/2021

En février et mars, en amont des élections aux URPS qui se dérouleront début avril [1], nous vous proposons une série d'interviews pour découvrir les candidats proposés par la FFMKR. Aujourd'hui, le Montpelliérain Patrick Saut, tête de liste pour la région Occitanie.

Kiné actualité : Pouvez-vous vous présenter et nous dire pourquoi vous êtes candidat ?

Patrick Saut : J’ai 64 ans, j’exerce une activité libérale traditionnelle, généraliste (que j’ai réduit un peu pour pouvoir assumer mes fonctions syndicales), le matin à mon cabinet, l’après-midi à domicile et en Ehpad. Adhérent de la FFMKR depuis tout jeune, je préside le syndicat de l’Hérault depuis 8 ans. Depuis le début, je travaille en étroite collaboration avec des confrères des autres départements, aussi notre “union régionale” existe depuis longtemps. Pour cette élection, nous avons constitué une équipe solide et solidaire, avec des hommes et des femmes, des jeunes et des confrères plus expérimentés, originaires de tous les départements d’Occitanie, et des profils très différents et complémentaires, ce qui crée une bonne dynamique de groupe ! Ce groupe est soudé par des valeurs communes, d’où notre slogan : “Une équipe solidaire, complémentaire et dynamique engagée aux côtés des kinés”.

Quel est le rôle de l’URPS ?
D’abord, elle fait l’intermédiaire entre les kinésithérapeutes de la région et l’ARS. Nous avons souffert de la crise sanitaire, c’est pourquoi nous voulons que ce rôle soit réellement assumé, pour soutenir au mieux les confrères. Par exemple, nous portons le projet de créer des kinésithérapeutes coordinateurs en Ehpad, pour éviter d’en être à nouveau exclus comme en mars 2020.

L’URPS doit aussi accompagner les projets d’offre de soins sur les territoires et veiller à l’intérêt des professionnels dans ces évolutions. Nous souhaitons faciliter la tâche des kinésithérapeutes qui souhaitent se lancer dans l’exercice coordonné, dans les protocoles de coopération, dans l’accès direct, dans les délégations de compétences médicales.

Notre équipe est composée de personnes raisonnées et réfléchies qui connaissent et travaillent les dossiers avant d’agir. Nous ferons preuve de pédagogie et d’écoute pour apporter des éléments concrets et adaptés à chaque kinésithérapeute.

Quelles sont les problématiques spécifiques à votre région, et les propositions de la FFMKR pour y répondre ?
Les problématiques sont nombreuses. Nous les traiterons toutes mais la principale reste le zonage. Je reçois sans cesse des appels de confrères liés à ce problème. L’avenant 5 [2] nous a fait beaucoup de mal. Il paralyse littéralement certains territoires. Dans les zones surdotées, non seulement les kinésithérapeutes sont privés de leur liberté d’installation mais certains cabinets se trouvent en danger économique parce qu’ils ont perdu un ou des assistants qui se sont installés dans le même bassin de vie, et ne peuvent pas en “recruter” de nouveaux à cause de la règle de “1 arrivée pour 1 départ dans la même zone”, qui est très strictement appliquée chez nous.Et dans certaines zones sous-dotées, le zonage est si mal conçu que certains cabinets qui mériteraient de bénéficier d’aides à l’installation n’en profitent pas parce qu’ils sont situés au mauvais endroit, à quelques kilomètres près. La carte du zonage est révisable tous les 5 ans : c’est bien trop long ! Nous voulons un zonage basé sur des bassins de population et sur les besoins de soins de cette dernière, et non sur ces “bassins de vie” administratifs. C’est ce que nous plaiderons auprès de l’ARS.

Il y a aussi un nombre croissant de personnes âgées qui ne trouvent pas de kinésithérapeute pour venir les prendre en charge à domicile, parce que les indemnités de déplacement sont dérisoires. Il faut que ça change ! Et nous demandons la gratuité du stationnement dans les villes d’Occitanie.

[1] Retrouvez toutes les infos sur le calendrier des élections, le programme de la FFMKR et les candidats sur www.urps2021.ffmkr.org
[2] Il a été signé par l’UNSMKL, composée du SNMKR et d’Objectif kiné (qui n’existe plus aujourd’hui). La FFMKR a refusé de le parapher.

© D.R.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Marc Bouyssou :
«L'URPS doit porter la voix de tous»

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1584 - 25/03/2021

En février et mars, en amont des élections aux URPS qui se dérouleront début avril [1], nous vous proposons une série d'interviews pour découvrir les candidats proposés par la FFMKR....