L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

3 syndicats reconnus représentatifs chez les masseurs-kinésithérapeutes

©Art Alex

Sophie Conrard
- 25 juin 2021

Il y aura désormais 3 syndicats de masseurs-kinésithérapeutes (FFMKR, SNMKR et Alizé) à la table des négociations conventionnelles face aux représentants de la Cnam.

L’enquête de représentativité pour les syndicats de kinésithérapeutes, lancée le 16 mai dernier par la Direction de la sécurité sociale (DSS), a rendu son verdict ce vendredi 25 juin 2021 : les 3 syndicats de masseurs-kinésithérapeutes (FFMKR, SNMKR et Alizé) sont reconnus représentatifs.

"Elle nous positionne comme le premier syndicat représentatif de la professio", salue Sébastien Guérard, président de la FFMKR. "Forte de ses effectifs et de son maillage départemental, la Fédération va porter la voix de tous les kinésithérapeutes dans l’ensemble des commissions paritaires départementales, régionales et nationales et assumera ses responsabilités partout pour la profession, en s’inscrivant dans la stabilité, la rigueur et la responsabilité nécessaires à la représentation de la profession. Fidèle à ses engagements, elle continuera le travail initié par l'équipe élue en novembre 2019 et compte sur l’ensemble des composantes professionnelles pour être constructives et pour collaborer, au service des kinésithérapeutes et des patients, ce qui permettra de porter ensemble des propositions fortes pour l’évolution de la profession et du système de santé."

Pour juger de la représentativité des syndicats, la DSS s'appuie sur 4 critères :

- L’ancienneté des syndicats, qui doit être supérieure à 2 ans. C’est le cas des 3 postulants : la FFMKR a 58 ans, le SNMKR 44 ans et Alizé 14 ans ;

- L’indépendance, notamment financière : le financement doit provenir essentiellement des cotisations du syndicat. C'est bien sûr le cas pour la FFMKR, forte de ses 4913 adhérents ;

- L’audience électorale, mesurée lors des élections des URPS, avec un seuil minimum de 10 % des votes exigé : en avril 2021, la FFMKR a obtenu 43,77 % des suffrages, Alizé 32,11 % et le SNMKR 24,11 % ;

- Le dernier critère porte sur les effectifs d’adhérents des libéraux conventionnés à jour de leur cotisation.

"Durant les cinq prochaines années, la FFMKR, le SNMKR et Alizé vont représenter les kinésithérapeutes auprès des tutelles. C’est une très grande responsabilité et un vrai travail sur le terrain ainsi qu’au niveau national", note Sébastien Guérard. Aujourd'hui, la Fédération, "leader de la profession, en appelle au travail constructif et collaboratif au service des kinésithérapeutes, des patients et du système de santé". Les chantiers ne manquent pas : "Des échéances importantes sont attendues pour les prochaines semaines. Après avoir été reçu par le ministre de la Santé, Olivier Véran, il y a quelques jours, la FFMKR doit rencontrer la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) et la direction de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) pour leur présenter ses récents travaux sur l’accès aux soins en kinésithérapie. Ceux-ci seront communiqués publiquement à l’occasion d’une visioconférence de presse le vendredi 9 juillet à 15h", annonce le président de la FFMKR.

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Accès direct :
L'expérimentation va démarrer

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1601 - 13/01/2022

Prévue par la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2022, promulguée le 23 décembre, une expérimentation de l'accès direct au kinésithérapeute va commencer dans 6...