L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Union européenne :
Premier pas vers un cadre de formation commun

Sophie Conrard
Kiné actualité n° 1604 - 24/02/2022

Le Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes (CNOMK) souhaite créer un cadre de formation commun aux pays membres de l’Union européenne (UE), notamment pour améliorer la qualité des soins et la sécurité des patients. Pour présenter son projet, il a organisé le 2 février une conférence en ligne avec des représentants de plusieurs pays (Pologne, Belgique, Bulgarie, Espagne, Luxembourg, Portugal), de World Physiotherapy et de la Commission européenne. Pour la France, outre Pascale Mathieu, présidente du CNOMK et Jean-François Dumas, secrétaire général, ont participé Maxime Bernard, président de la Fnek, Pascal Gouilly, président du Syndicat national des IFMK, et Nicolas Pinsault, directeur de l’IFMK de Grenoble et vice-président du CNOMK.

Cet événement “visait dans un premier temps à présenter des éléments sur la situation en France et en Europe, ainsi que sur les prérequis à la création d’un cadre de formation commun”, puis à “permettre aux participants de se positionner sur le sujet”, raconte le CNOMK dans un communiqué. Jonathan Kruger, directeur général de World Physiotherapy, a répertorié les points communs et les différences entre les formations proposées dans les pays européens. “Une table ronde a ensuite permis aux participants d’échanger sur les spécificités de la kinésithérapie et le modèle de formation (coût, durée, public ou privé…) dans leur pays.” Selon Pascale Mathieu, cette conférence constitue “un premier pas vers la création d’un cadre de formation commun en Europe”. Un calendrier de travail sera bientôt fixé avec “les parties prenantes motivées”.

© titoOnz/Istock/Getty Images Plus

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Doctolib bannit les thérapeutes alternatifs

Sophie Conrard (avec APM news) - 31 octobre 2022

D'ici 6 mois, il n'y aura plus de thérapeutes alternatifs sur la plateforme de prise de rendez-vous et de téléconsultation Doctolib. C'est ainsi que l'entreprise réagit à la polémique provoquée...