L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Pour ou contre, ce n'est pas la question

Sophie Conrard
Kiné actualité n° 1405 - 21/05/2015

Publier un entretien avec un “Apa” dans un journal destiné aux masseurs-kinésithérapeutes… Quelle drôle d’idée ! Je me doute bien que le texte (p. 7) ne plaira pas à tout le monde. Mais j’espère que vous le lirez. Car c’est une réalité : les professionnels en activités physiques adaptées (Apa) occupent une place croissante dans le paysage de la santé. Parfois pour de mauvaises raisons (pour une maison de retraite, par exemple, cela coûte moins cher de confier à un “Apa” les séances de gym douce pour les résidents que de faire appel à un masseur-kinésithérapeute), parfois pour des motifs plus légitimes, ne serait-ce que parce que bon nombre d’entre vous ont déjà fort à faire avec leur patientèle et n’ont pas le temps (ou le souhait) de s’engager dans ce type d’activité.

Par ailleurs, c’est une évolution de la société, qu’on le veuille ou non. Les politiques de santé encouragent régulièrement le développement des activités physiques adaptées, avec le “sport sur ordonnance” (on l’a encore vu récemment dans la loi de santé), la promotion de l’activité physique adaptée dans le cadre de la prévention de l’obésité, du diabète, des maladies cardiovasculaires, de la perte d’autonomie, etc.

De fil en aiguille, des liens se tissent entre le monde des masseurs-kinésithérapeutes et celui des “Apa”. Certains d’entre vous préfèrent travailler avec eux, en leur louant des locaux ou en mettant en place des protocoles de prise en charge des clients conçus avec eux, plutôt que de subir leur concurrence sauvage. C’est pour toutes ces raisons que nous avons choisi d’évoquer le sujet dans nos pages. Que vous soyez “pour” ou “contre”, n’hésitez pas à nous faire part de votre sentiment sur cette évolution du paysage sanitaire, en laissant un commentaire sur www.kineactu.com (dans la zone réservée à cet effet, sous l’article) ou en nous adressant un mail. Ce journal est le vôtre !

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
RAPHAEL abonné n° 27660 à écrit :(49)
pour Anthony, "Avez vous eu dans votre cursus de formation des cours de pédagogies sur la prise en charge d'un groupe? de la didactique sur les différentes APS afin de proposer des contenus d'enseignements cohérents par rapport aux capacités de la personnes. " oui ... pourquoi, pas vous?
SOPHIE abonné n° 6546 à écrit :(38)
Je n'ai pas dit qu'il fallait empiéter encore plus sur vos plates-bandes! Je dis juste qu'à mon avis, il y a de la place pour tout le monde. Il suffit de bien définir le rôle de chacun auprès des patients (ou clients, s'ils ne sont plus pathologiques) et de se mettre d'accord. Les MK sont peu nombreux à investir le champ du "sport sur ordonnance" et de la prévention pour l'instant. Sans doute pour de bonnes raisons : pas le temps, cabinet surchargé... Du coup, où peut-on adresser les patients/clients?
anthony abonné n° 8267 à écrit :(15)
Le dogmatisme de certains kiné est navrant...embaucher pour de mauvaises raisons un APA pour de la gym douce... Connaissez vous notre spécialité? Avez vous eu dans votre cursus de formation des cours de pédagogies sur la prise en charge d'un groupe? de la didactique sur les différentes APS afin de proposer des contenus d'enseignements cohérents par rapport aux capacités de la personnes. J'ai eu connaissance de l'intervention de certains kiné en EHPAD qui facturent une séance pour avoir fait marcher Mamy 5 min autour de son lit.... Et quand on parle de concurrence sauvage...que cela veut il dire? Et pour Serge, on te pique une part de ton métier...vraiment navrant comme réaction....
SERGE abonné n° 8224 à écrit :(14)
Très bonne chose que d'ouvrir vos colonnes à ceux qui vont nous piquer une part de notre métier... pourquoi pas aux esthéticiennes, qui vont nous expliquer le massage...pardon....le modelage de confort et de bien être, aux pédicures qui nous expliqueront qu'ils connaissent mieux le pied que nous et donc qu'ils sont légitimes pour le masser et surtout le rééduquer, aux ergothérapeutes qui nous montreront qu'ils sont plus à même de travailler en EPAD car plus "spécialisés"! Il y a longtemps dans vos colonnes, vous nous expliquiez que pour pallier le blocage de nos honoraires, nous devions nous diversifier. ET là vous allez nous montrer qu'il faut "partager". Allez comprendre!!!
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

La saison de la mue

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1497 - 12/07/2017
Une page se tourne à la rédaction, à plusieurs titres. D'abord, c'est la quille. Enfin ! Nous allons profiter de la trêve estivale pour nous ressourcer, nous reposer et revenir en pleine forme à la rentrée, pleins d'entrain et d'idées pour une...

S'ouvrir au changement

Sophie Conrard Kiné actualité n° 1496 - 05/07/2017
En ce vendredi 30 juin, j'étais partie pour rédiger un édito entraînant et optimiste (stop à la morosité !) quand j'ai appris le décès de Simone Veil, à l'âge de 89 ans.

Salon Préventica :
Les TMS en ligne de mire

Jean-Pierre Gruest Kiné actualité n° 1496 - 05/07/2017
La prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles en entreprise, en particulier des troubles musculo-squelettiques, a fait l'objet de plusieurs conférences lors du salon Préventica, du 20 au 22 juin à Paris. Qu'en est-il en...