L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Chacun à sa place !

Manifestation du 5 juillet 2018, à Paris.

Patrice Bourdicaud
- 19 juillet 2018

Courrier de lecteur
Mais quelle mouche a piqué la chiropraxie pour vouloir s'accaparer notre électrothérapie ? Pourquoi vouloir chercher à faire exploser la kinésithérapie en petits morceaux ? Que cherche exactement la chiropraxie ? Vouloir le bien-être de nos contemporains ? Ou chercher à soigner à tous prix ? Ce qu'Elle ne fait pas encore ! Je ne voudrais pas jouer les "Cassandre". Mais, je sens, camarades, qu'il ne faut pas s'inquiéter outre mesure ! Surtout pas, camarades ! Parce que ça va venir. Le train du dépeçage de la kinésithérapie est bel et bien en marche.

Parce que c'est quoi, exactement, s’occuper des "zones de troubles fonctionnels" ? Ne serait-ce pas ce que nous faisons déjà, nous autres kinésithérapeutes, à longueur de journées ? Afficher une "volonté d'amélioration de la prise en charge des Français et des conditions de qualité et de sécurité adéquates" ? Parce que ce que nous faisons, nous autres, ça compte "pour du beurre" ? C'est du pipeau, peut-être ?

Parce que moi, j'appelle ça "Ôte toi de là que je m'y mette !" L’intérêt ne serait-il pas de plaire à la Cour des comptes, qui réclame à cor et à cris, de faire des économies dans le champ de la santé ? Parce que je la sens bien, la bonne idée ! Parce que la chiropraxie n'est pas remboursée par la Sécurité sociale. Mais nous, oui ! En plus, les chiropracteurs font des manipulations vertébrales ! Le must du must, n'est-ce pas ? Et chez nous, c'est retiré depuis 1962 ! Pourquoi nous les avoir enlevées ? C'était quoi, l'intérêt, à l'époque ? Je pose la question, j'attends une réponse !

J'ai une proposition à faire. Nous partageons l'électrothérapie avec eux. Et les chiropracteurs partagent les manipulations vertébrales avec nous. J'imagine déjà la tête des ostéopathes qui, eux, ne se privent pas de mettre leurs "grosses papattes" dans le champ de la prévention des maux du dos. Et les "Éducateurs en santé-bien-être" d'envahir la gymnastique préventive. Et bientôt, demain pourquoi pas, la gymnastique médicale ?

Il va nous rester quoi, à nous autres, si tout le monde s'intéresse à tout le monde ! Et surtout à nos champs de compétence, à nous ? Nos yeux pour pleurer et des mouchoirs pour les essuyer. "Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu" pour mériter un tel acharnement thérapeutique ? Laissez-nous vivre notre vie, nos compétences, et "tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possible". Chacun à sa place "et les vaches seront bien gardées", disait ma grand-mère.

Cordialement.

Patrice Bourdicaud (93)

© Alexandra Picard / Kiné actualité

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...