L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Avec RééduKpartner, bénéficiez d'un assistant d'aide à la rééducation au cabinet comme à domicile

Jean-Pierre Gruest
- 31 juillet 2019

Parce que la motivation et l'implication du patient sont reconnues comme des facteurs majeurs de réussite de la rééducation, la start-up Voice a développé RééduKpartner, un dispositif d'aide à la rééducation par le biais d'exercices personnalisés qui permet une optimisation de la prise en charge et du suivi du patient, au cabinet comme à son domicile, ouvrant ainsi le champ vers de nouveaux revenus.

"Un assistant qui permet de rationaliser l'exercice du kinésithérapeute et de favoriser l'implication du patient dans sa rééducation", c'est ainsi que Gérard Weil, président de la société Voice, présente son dispositif RééduKpartner.

Pour le développer et répondre au plus près aux besoins des rééducateurs, lui et son équipe ont rencontré de nombreux professionnels, dont des kinésithérapeutes. "Ce qui nous a marqué à l'issue de ces échanges, c'est le consensus autour de l'importance de la motivation du patient en termes d'observance, notamment pour les exercices réalisés à domicile", explique le concepteur.

C'est donc dans cette optique qu'a été conçu RééduKpartner, qui propose un outil innovant "permettant au kinésithérapeute d'orienter la rééducation et de favoriser l'éducation thérapeutique du patient, en lui laissant davantage d'autonomie, sous la supervision de son praticien".

RééduKpartner se présente sous la forme d'une tablette grâce à laquelle le patient va être guidé de A à Z dans les exercices qu'il doit réaliser. Conçu avec l'appui d'un comité scientifique, dont le kiné "expert" François Gabriel, du centre paramédical Santy de Lyon, celui-ci propose de nombreux protocoles communément utilisés pour les pathologies de 5 articulations (genou, épaule, rachis, cheville et main). "Concrètement, le kinésithérapeute détermine via le logiciel l'articulation et la pathologie concernées, par exemple une fracture de la clavicule, ce qui renvoie à des exercices de rééducation spécifiques, pour lesquels il peut déterminer le nombre de séries et de répétitions, les temps de repos… Il suffit ensuite au patient de lancer le protocole et de suivre les exercices, qui s'affichent sous forme d'animations claires et explicites". Ce que propose déjà d'autres systèmes concurrents. "C'est pourquoi nous avons souhaité aller encore plus loin et, si besoin, de permettre au kinésithérapeute d'y intégrer ses propres protocoles, qu'il pourra proposer via des vidéos personnalisées".

Un système évolutif
Une fois les exercices sélectionnés, le patient n'a qu'à suivre l'animation et/ou la vidéo correspondante. "Lors de sa rééducation, il dispose d’un petit compteur connecté au système qui lui permet d’enregistrer la réalisation réelle de son protocole. Ceci contribuant au bilan réalisé à l'issue de la séance, notamment par rapport à la difficulté de l'exercice et la douleur ressentie", explique Gérard Weil. Mieux, via le système RééduKdom, le patient peut réaliser ses exercices chez lui. "Cette continuité entre le cabinet le domicile répond à une forte attente", explique Gérard Weil, précisant prendre en compte "tous les retours d'expérience en vue d'améliorer le dispositif, par exemple pour aider le praticien à faire son bilan (BDK)".

Commercialisé depuis 2 mois, RééduKpartner compte à ce jour une dizaine d'utilisateurs, pour la plupart libéraux, qui apprécient "le fait de pouvoir personnaliser les protocoles et sa facilité d'utilisation, avec la possibilité de faire le point, avec leur patient, sur l'évolution de leur rééducation à l'issue de chaque séance". Pour Gérard Weil, il constitue aussi une source de revenus complémentaire, hors convention, par exemple dans le cadre de fitness médical. "Ce qui répond également à une forte demande", précise-t-il.

© Voice

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...