L’hebdomadaire de la profession
pour les kinésithérapeutes

Covid-19 : sous l’impulsion de la FFPS, la Carpimko adopte le principe d’une aide financière pour ses affiliés

Jean-Pierre Gruest
- 27 mai 2020

Moins d’une semaine après que la Fédération française des praticiens de santé (FFPS) a demandé à la Carpimko de débloquer 200 millions d’euros pour tous ses affiliés afin de les aider à surmonter le manque à gagner inhérent au confinement, son conseil d’administration a adopté hier le principe d’une aide financière.

Pour aider les professionnels de santé "à sortir la tête de l’eau", les syndicats affiliés à la FFPS avaient demandé à leurs élus à la Carpimko d’étudier le principe d’une aide financière pour tous, en sus du dispositif mis en place par la Cnam, "bienvenu mais insuffisant". "À la lumière des projections réalisées par l’actuaire de la Carpimko et de l’analyse de l’impact des sommes qui seraient dégagées des réserves de la caisse de retraite, les élus de la Carpimko (dont Corinne Friche, pour la FFMKR) en ont conclu que ces aides ne mettraient pas en péril le régime complémentaire des praticiens de santé", déclare la FFPS dans un communiqué. Résultat : le principe de l’aide demandé par les organisations membres de la FFPS (la FFMKR et le SNMKR pour les kinésithérapeutes) a été voté à l’unanimité (20 pour, 0 contre, 2 abstentions) par le conseil d’administration de la Carpimko. La direction de la Sécurité sociale a 10 jours pour valider cette décision.

La FFPS "se réjouit du vote de ce dispositif équitable qui fait jouer la solidarité interprofessionnelle et permettra d’obtenir des aides défiscalisées et non soumises aux cotisations sociales". Le montant des aides que, potentiellement, les praticiens de santé pourront obtenir varie selon les professions. Ce sont les pédicures-podologues qui seront les mieux lotis, avec 1 500 €. Une décision légitime si l’on considère que, contrairement aux autres professionnels affiliés à la Carpimko, ils n’ont pas été éligibles aux aides de la Cnam. Les masseurs-kinésithérapeutes, orthophonistes et orthoptistes, titulaires et remplaçants, toucheront 1 000 €. Les infirmiers titulaires se verront verser 500 €, que leur niveau de perte d’exploitation soit nul ou pas.

"Cette aide de la Carpimko sera cumulable avec une aide complémentaire de 477 € votée par la CNAVPL (qui comprend une caisse nationale et 10 caisses complémentaires), sous forme de dotation du Fonds d’aide sociale du régime de base", ajoute la FFPS. Cette aide spécifique de la CNAVPL servira exclusivement à prendre en charge une fraction des cotisations du régime de base. "Elle sera servie sur demande et gérée par la Carpimko pour ce qui concerne les praticiens de santé", précise la FFPS qui, avec ses élus à la Carpimko, "ont su adopter un dispositif applicable, solidaire, transparent et, surtout, qui ne met pas en péril à court terme l’avenir de notre régime".

© maurusone/Istock/Getty Images Plus

Commentaires :

Déposer un avis (vous devez être connecté) Soumettre
Tous les articles
Nous vous suggérons aussi...

Exercice libéral :
Comment s'installer en groupe

François Sabarly Kiné actualité n° 1571 - 03/09/2020

S'installer et exercer avec d'autres professionnels de santé ou avec d'autres masseurs-kinésithérapeutes présente de nombreux avantages, tels que l'optimisation des frais de l'exercice, une éventuelle...